Vie Paroissiale

Bulletin - 14 janvier 2018

Miettes de la Parole...

La 1ère parole de Jésus que Jean nous rapporte dans l’Évangile est une interrogation : Que cherchez-vous ? Sur l’invitation de Jean le Baptiste, quelques hommes se tournent vers un jeune prophète venu au Jourdain avec la foule. Ils ont entendu la prédication de Jean annonçant Celui qui doit venir. Et voici que Jean atteste avec vigueur que ce jeune prophète est Celui qu’on attend, l’Élu de Dieu Et ils le suivent. Le dialogue est bref : Que cherchez-vous ? Maître, où demeures-tu ? Venez et vous verrez.

Jésus les accueille en pleine recherche, recherche riche de toute la révélation antérieure, nourrie dans la méditation assidue des Écritures. C’est désormais le temps de la purification de leur attente messianique. Il leur faut passer par là pour recevoir la plénitude de la révélation de l’Amour de Dieu. La suite de l’Évangile nous montre combien Jésus a été patient avec eux, les acceptant tels qu’ils sont, leur dévoilant petit à petit le vrai caractère et les exigences de sa mission. Il les a patiemment instruits, réconfortés, encouragés, repris tout en respectant leur libre décision. Cette éducation ne s’est pas faite dans une école, entre quatre murs. Jésus, le vrai chemin, a longuement cheminé, physiquement et spirituellement, avec eux.

La 1ère Lecture nous donne un exemple émouvant de l’appel de Dieu à propos du jeune Samuel. Il rejoint les nombreux appels qui jalonnent l’Ancien Testament, appels à une fonction de service pour tout le peuple, qui laisse la liberté de réponse. C’est ainsi que le Seigneur, dans Isaïe, se plaindra de ce qu’il a appelé mais que son appel est resté sans réponse – cf. Is 65, 12. Cependant, avant de répondre à l’appel, encore s’agit-il de savoir si c’est Dieu qui appelle ; c’est ce qui se passe pour Samuel.

Même en habitant dans le sanctuaire, l’homme n’est pas si certain d’entendre Dieu et il se méfie, ou encore, il ne peut s’imaginer que Dieu veuille avoir un dialogue intime avec lui. L’appel conduira souvent celui qui est ainsi élu à la souffrance. L’appelé, l’élu est aussi le serviteur qui représentera pour l’univers tout entier en quoi consiste écouter l’appel et aller jusqu’au bout de la réponse. Le Psaume 39 exprime fort bien la réponse à l’appel – Voici que je viens, Seigneur, pour faire ta volonté – D’un grand espoir, j’espérais le Seigneur, il s’est penché sur moi. En ma bouche, il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu.

L’Apôtre S. Paul, dans la 2ème Lecture, connaît seulement la dignité du corps, à partir de laquelle il établit pour les chrétiens une ligne de conduite ; elle vient du fait que tout chrétien est inséré dans le Christ et que son corps est membre du Christ lui-même. À partir de là, il faut garder ce corps dans l’intégrité. Nous ne nous appartenons donc plus à nous-mêmes, temples de l’Esprit que nous sommes devenus par l’appel de Dieu et notre insertion dans le Christ par notre Baptême.

Bon Dimanche !

Père Jean-Sébastien Tuloup

Lien vers le Bulletin

Tags

Your browser doesn't support this tag cloud

Recherche