Vie Paroissiale

Bulletin - 04 mars 2018

L’incident du Temple

Dans l’Evangile selon Jean, l’incident du Temple se localise en commencement de l’activité publique de Jésus. Dès son coup d’envoi, la mission de
Jésus est placée sous le signe de la Croix.

Le Temple joue un rôle majeur car il est le lieu de la présence de Dieu au milieu de son Peuple, où Jésus agit et enseigne fréquemment.

Il faut considérer l’incident comme un geste prophétique. Jésus chasse les vendeurs de bétail et les changeurs de l’aire du Temple où ils s’étaient pourtant établis tout à fait légitimement afin de permettre aux pèlerins accourus d’Israël et de la diaspora d’offrir un sacrifice. Son action reçoit une double interprétation. La première – connue des Synoptiques – dénonce la possible instrumentalisation de la maison de Dieu à des fins mercantiles. Détail important, l’expression « la maison de mon
Père » signale d’emblée le caractère unique de la relation entre Jésus et Dieu. Le souvenir des disciples (v. 17), qui tient dans une citation du Ps 69,10, a un double sens : il évoque à la fois l’engagement total de Jésus pour la cause de Dieu et le fait que ce zèle va le mener à la mort. Ce commentaire ambigu ouvre la voie à une seconde interprétation (v. 18-22). Sommé par les autorités juives de légitimer son acte, Jésus répond en leur concédant le signe demandé par la mystérieuse annonce de la destruction et de la reconstruction du Temple en trois jours. Cette déclaration suscite un malentendu. Alors que ses interlocuteurs ont en vue le Temple édifié sur la colline de Sion, Jésus opère un transfert : le véritable Temple, détruit, puis reconstruit, est, en fait, son corps, crucifié et ressuscité.

Lien vers le Bulletin

Recherche

Tags

Your browser doesn't support this tag cloud

À coté de la cathédrale